Valérie Belin


Biographie

Née en 1964 à Boulogne Billancourt, Valérie Belin est une photographe plasticienne qui vit et travaille à Paris.
Elle est lauréate du prix HSBC pour la photographie en 2000, du prix Altadis en 2001 et du prix L’automobile et l’art de l’automobile club de France en 2011.

Dans la Collection Meeschaert

L’œuvre présentée s’inscrit dans les recherches de l’artiste sur la nature hybride de la photographie.
Elle fait partie de la série Black Eyed Susan dans laquelle les visages de femmes se mélangent de manière quasi-fusionnelle avec des bouquets de fleurs.
Ici Valérie Belin insère l’image d’une femme sélectionnée pour sa beauté plastique et dont la coiffure, le maquillage, les accessoires et la pose expriment toute la sophistication des codes esthétiques. Résulte de cette imbrication une image surprenante, figure de beauté radicale et interrogative.

433 - BELIN Valerie - Painted_Daisy_(Carmine_Blush_Chrysanths)

Valérie Belin, Painted Daisy (Carmine Blush Chrysanths), 2010, Photographie, 34,6 x 27 cm

Style

Valérie Belin met la beauté au centre de son travail depuis vingt ans. Elle est fascinée par l’art minimal américain, qu’elle étudie en cours d’esthétique à la Sorbonne et par le baroque italien, sa passion depuis les Beaux-Arts de Bourges.
Dans ses photographies, il n’y a aucune imperfection, aucune ride, tout est parfait. Les visages de mannequins, de mariées marocaines, miroirs vénitiens et corbeilles de fruits sont tous splendides. Ainsi, elle s’appuie sur la beauté pour interroger les stéréotypes de la société, car toute cette mise en scène n’est qu’illusion et simulacre.
Elle ne suggère pas de mépris mais fait preuve d’empathie avec son sujet. L’artiste évoque ainsi la fragilité de l’identité transformant chaque visage en objet et évacuant son individualité.

Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.