Mel Bochner


Biographie

Né en 1940, Mel Bochner est un artiste américain reconnu comme l’une des figures du développement de l’art conceptuel à New York dans les années 60 et 70.

Dans la Collection Meeschaert

Dans cette œuvre, Mel Bochner répète « Thank you » et ajoute des mots à l’expression, la rendant de plus en plus complexe. L’artiste fait apparaître des traînées de peinture supprimant ainsi certains caractères et rendant les messages moins lisibles. Il crée ainsi un duel dans lequel le spectateur est confronté à la vitalité de la peinture et aux significations conceptuelles de la linguistique ludique.

423 - BOCHNER Mel - Thank You!

Mel Bochner, Thank You!, 2016, Sérigraphie, 158,8 x 118,1 cm

Style

Jeune artiste à l’heure où la peinture était décriée, Mel Bochner s’est attaché à explorer la manière dont nous construisons et comprenons la peinture et le langage. Le travail de l’artiste s’est aussi concentré sur les relations entre ces deux éléments afin de nous rendre plus attentifs aux codes cachés qui y apparaissent. L’utilisation de mots comme sujet résulte des intérêts de l’artiste pour la philosophie, l’humour et la culture populaire.
Il commente : « Le monde où nous vivons est sursaturé de paroles vides – bavardages, tweets, sms, leet speak, chit-chat, pop-ups publicitaires, messages enregistrés (…), s’il n’y a pas moyen d’échapper à ce tsunami langagier, les tableaux de la série Blah, Blah, Blah le subvertissent par en-dessous. »

Thématique : Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.