Ruud Van Empel

Biographie

Né en 1958 à Breda, il vit et travaille à Amsterdam. Photographe néerlandais contemporain, il a exposé à Paris Photo en 2007.

Dans la Collection Meeschaert

Dans la série « World » l’artiste crée une image à l’aide de photographies d’enfants noirs placés dans un paysage édénique. Il représente ces enfants comme l’incarnation de l’innocence et de la beauté. Ceci n’a point de précédent dans la tradition occidentale des arts visuels et de la culture populaire, qui nous a habitué à des images d‘enfants noirs opprimés, ou utilisés comme sujets de d’étude. L’artiste ne choisit pas ses sujets par le critère de la couleur. Ses véritables thèmes de prédilection sont la nature et l’enfance.

L’oeuvre World #33 présentée est issue d’un portfolio de dix photographies réalisées et vendues au profit de la fondation Elton John AIDS. Depuis sa création en 1992 aux Etats-Unis et en 1993 en Grande-Bretagne, l’association créée par le chanteur britannique soutient des actions de prévention, d’éducation et de soin contre le VIH. Cette collection éditée en quarante exemplaires numérotés et signés réunit le travail de certains des plus grands photographes contemporains. Chaque portfolio contient dix photos originales de mêmes dimensions réalisées par Nan Goldin, Ruud van Empel, Sally Mann, Richard Misrach, Sam Taylor-Wood, Damien Hirst, Shirin Neshat, Katy Grannan, Juergen Teller et Thomas Struth. A travers ces oeuvres les artistes illustrent tour à tour leur soutien aux personnes les plus fragiles, qu’elles soient malades ou rejetées socialement.

Cette oeuvre montre la volonté de l’artiste de créer avant tout une image belle, et non l’image d’une fillette noire en Afrique infectée par le virus du SIDA comme les médias nous le donne régulièrement à voir. Il a créé une image d’une jolie petite fille, bien habillée et coiffée voulant la montrer de la façon la plus parfaite qui soit.

362---Ruud-Van-Empel---World#34                                                                                                     453 - VAN EMPEL Ruud - World #33

Ruud Van Empel, World #34, 2010, Photographie, 84 x 60 cm                                     Ruud Van Empel, World #33, 2008, Photographie, 61 x 50,8 cm

 

 

La série « Mood » explore l’innocence perdue des enfants, disparue dans le conservatisme culturel. Les images se réfèrent à des portraits photographiques anciens et formels, tout en communiquant l’intimité d’un portrait miniature. Les effets lumineux, de texture et de motifs caractérisent aussi le travail de l’artiste430 - VAN EMPEL Ruud - Mood #5

Ruud Van Empel, Mood #5, 2016, Photographie, 71 x 50,8 cm

Style

Créateur d’atmosphères fraîches et verdoyantes, Ruud Van Empel marie avec subtilité les sujets de ses photographies avec les espaces dans lesquels il les plonge. Nées d’un véritable processus créatif alliant collage, prise de vue et retouche, les œuvres de cet artiste incitent le spectateur à s’abandonner et à contempler les traces d’un voyage improbable dans les pays les plus lointains. A première vue, Ruud Van Empel semble créer de simples images de synthèse, mais ce serait sous-estimer les étapes de son travail. En effet l’artiste multiplie les techniques afin d’obtenir un résultat très pictural. Il capture les végétaux, les animaux, les sujets de ses compositions, pour constituer les collages qui donneront naissance à ses œuvres. Un univers mystérieux s’impose au spectateur, la nature est reine, et s’applique à valoriser les nuances de vert et les détails les plus dissimulés. Mais il serait vain d’évoquer les travaux photographiques de cet artiste sans y mentionner le rôle prépondérant de l’enfance. Ruud Van Empel fait pénétrer le rêve et l’exotisme dans une sphère accessible où le spectateur est guidé en terre inconnue.

Thématique : Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.