Zevs


Biographie

Né Christophe Aghirre Schwarz en 1977 à Saverne, Zevs est un artiste urbain français, actif à Paris dans les années 1990 aux côtés d’André et d’Invader. Son pseudonyme a été choisi en lien avec le nom du RER A Zeus qui a failli l’écraser en 1992 alors qu’il réalisait un graffiti. Il fut un artiste pionnier du courant street art en France. Zevs a exposé à la Glyptothèque de Copenhague et dans les collections permanentes de musées français à Paris. Il s’est fait connaitre en kidnappant un logo sur une affiche de publicité Lavazza à Berlin et en réclamant une rançon. L’annonceur avait accepté de payer sous forme de mécénat auprès du Palais de Tokyo. Artiste engagé, il a risqué la prison en 2009 pour avoir « liquidé » un logo Chanel dégoulinant en peinture sur la façade d’une boutique Armani à Hong Kong.

Dans la Collection Meeschaert

Zevs fait couler le logotype de Lehman Brothers, omniprésent en milieu urbain. Le logo semble ici fondre ou pleurer et symbolise l’effondrement de la banque d’investissement. Il s’est attaqué à d’autres institutions financières comme Morgan Stanley, Merrill Lynch ou encore Goldman Sachs. « Ma peinture montre que Lehman Brothers n’était pas si solide, et que les choses les plus solides en apparence changent un jour  ». Des logos comme Apple, Google ou Mc Donalds font référence à la société de consommation omniprésente. Ce sont des images qui durent mais qui ne sont pas indestructibles.

Zevs - Liquidated Lehman Brothers - Blue

Zevs, Liquidated Lehman Brothers – Blue, 2011, Peinture, Acrylique sur toile, 76 x 132 cm

Style

Zevs réalise des séries depuis les années 2000, Urban Shadows, Visual Attacks, ou encore Visual kidnapping, il empreinte des icônes publicitaires qu’il exhibe. Depuis 2006, Liquidated Logos est assimilable à de la culture jamming ou sabotage culturel, il se joue du luxe, de la publicité et des marques. Entre art éphémère et action politique, il prend position, il conteste, par le biais de la stratégie publicitaire. Zevs comme les autres artistes de street art sont la preuve aujourd’hui que l’art de rue entre dans les collections et a vocation à délivrer son message aussi sur des cimaises.

Thématique : L’engagement au cœur de la démarche artistique

Depuis la fin des années 1960, la portée politique, sociale, environnementale ou identitaire de l’art contemporain est grandissante. De plus en plus d’artistes ont la volonté d’affirmer leurs convictions, de casser les codes. Les messages que portent les créations artistiques peuvent viser le gouvernement, le marché de l’art, la société de consommation ou les injustices. L’avènement de pratiques dites in situ comme le street art par exemple, replace l’œuvre dans l’espace public et interroge sur la politique de l’œuvre. La question de l’engagement renvoie aux techniques utilisées, à la nature des lieux de production et d’exposition et à l’impact sur le public. Certains artistes ont choisi de défendre une cause, comme l’atteinte à la biodiversité, ou de prendre position contre un régime politique. Les visuels sont forts, ils cherchent à choquer et ne laissent pas indifférent.