Patrick Tourneboeuf


Biographie

Né en 1966 à Paris, Patrick Tourneboeuf  s’oriente vers la photographie d’architecture en 1988 et voyage à Berlin. Il co-fonde Tendance Floue, un collectif de photographes en 1991. Sa mission photographique sur le chantier du Grand Palais pour le Ministère de la Culture commence en 1999. Il photographie les hommes à travers les espaces qu’ils investissent, qu’ils abandonnent, qu’ils laissent derrière eux. Ces œuvres sont réalisée en argentique à la chambre, et sans aucune retouche.

Dans la Collection Meeschaert

A partir des années 2000, Patrick Tourneboeuf reçoit des commandes d’institutions publiques comme le Grand Palais ou les Archives Nationales, qui déclenchent son désir de rassembler son travail sur le patrimoine. Ces séries sont proches d’une démarche documentaire et appartiennent à la mission « Monumental ».

Patrick Tourneboeuf-Grand Palais 13

Patrick Tourneboeuf, Grand Palais 13, Photographie, 124 x 185 cm

Style

Les travaux de Patrick Tourneboeuf interrogent l’identité des lieux qu’il a photographiés d’un point de vue précis. Cette saisie est révélatrice d’une conception de l’espace où la beauté dialogue avec l’architecture du lieu. Construire l’image est pour lui un moyen de réfléchir aux rapports entre le réel et sa représentation, tout en maintenant l’espoir de voir soudain libéré le contenu des choses.

Thématique : Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.