Niko Luoma


Biographie

Né en 1970 à Helsinki, Niko Luoma y vit et y travaille.

Dans la Collection Meeschaert

Symmetrium #4 est une fascinante composition abstraite de lignes de lumière.  Des milliers d’expositions sont réalisées sur un négatif. La fragilité du processus technique de Niko Luoma est l’essence même de sa fascination.

264 - LUOMA Niko - Symmetrium4

Niko Luoma, Symmetrium #4, 2009, Photographie, Impression chromogène, 170 x 140 cm

Style

Son travail se concentre sur l’énergie plus que sur un support ou un sujet. Son matériau : c’est la lumière. Trouvant son inspiration dans les mathématiques et la géométrie, la symétrie et le chaos, à la fois imaginés et trouvés autour de lui. Ses œuvres ne sont pas travaillées numériquement, elles sont créées par expositions multiples. Ce qui intéresse Niko Luoma c’est le processus, la répétition. « Niko Luoma s’est tout d’abord mis à la photographie argentique pour créer des images abstraites avec un appareil photo ; pas des images qui utilisent le flou du bougé ou le flou artistique pour faire basculer son sujet dans le domaine de l’abstraction, mais des images qui n’ont « aucune connexion directe avec le monde visible qui nous entoure ». Il explique qu’il voulait savoir si une telle image « était vraiment réalisable en photographie ». Niko Luoma a puisé son inspiration dans les œuvres de compositeurs de musique minimaliste comme Eliane Radigue, Steve Reich, Tony Conrad, Alvin Lucier et Philip Glass, dont il considère le travail comme étant « très sculptural et visuel », et pour qui les systèmes et le processus sont des éléments importants dans la composition. Il a entrepris un processus de création d’images qui lui permet d’explorer « le temps, la lumière comme matière, l’espace et le hasard ». « S’intéressant aux mathématiques et à la géométrie, en particulier aux notions de symétrie, l’artiste a commencé à élaborer des œuvres qu’il pouvait créer directement sur un négatif, en utilisant des expositions multiples pour capter l’empreinte des lignes de lumière. »

Thématique : Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.