Nick Brandt


Biographie

Né en à Londres, Nick Brandt est un photographe, célèbre pour ses photographies d’animaux réalisées en Afrique de l’Est. Après avoir étudié le cinéma et la peinture, il est parti aux Etats-Unis et a réalisé des clips pour Michael Jackson (Cry, Stranger in Moscow), Moby ou Jewel. En 1995, il se rend en Tanzanie pour le clip Earth Song de Michael Jackson. Sa rencontre avec l’Afrique le plonge dans les paysages sauvages qu’il photographie et diffuse dans le monde entier. En septembre 2010, l’artiste a fondé Big Life Foundation, une des rares organisations de défense des animaux à agir sur différents Etats. Il témoigne d’une Afrique fantôme, qui se vide de ses animaux.

Dans la Collection Meeschaert

La photographie illustre vingt-deux rangers de la Fondation Big Life tenant des défenses d’éléphants tués par l’homme ; pour leur ivoire, près de 35000 éléphants sont massacrés chaque année en Afrique. Au premier plan, ces deux défenses valent à elles seules environ un demi-million de dollars sur le marché chinois. Ce tirage grand format, réalisé avec le même appareil depuis dix ans et qu’il développe lui-même, impose et séduit autant par son esthétisme impeccable que par la puissance qui s’en dégage. Révolté par la destruction de l’environnement, Nick Brandt se pose à la fois en artiste et défenseur du monde animal.

341---BRANDT-Nick---Line-of-Rnagers-with-tusks-of-killed-elephants,-Amboseli

Nick Brandt, Line of rangers with tusks of killed elephants, Amboseli,2011, Photographie, 101,6 x 187,2 cm

Style

Nick Brandt entend « livrer l’un des derniers témoignages de la magnificence des paysages et des animaux sauvages, avant leur destruction par l’homme ». Il utilise l’argentique, scanne ses négatifs et retravaille l’image, seulement l’image, il ne duplique pas, n’ajoute pas d’éléments. Le photographe capture ses protagonistes en noir et blanc et nous offre un voyage dans le temps en restituant la beauté de l’Afrique. « Je veux transcender le genre très documentaire de la photo animalière. Je suis très près de ces animaux, parce que je veux voir sur mes photos le plus de ciel et de paysage possible. La photo capture autant l’animal que son lieu de vie. »

Thématique : L’engagement au cœur de la démarche artistique

Depuis la fin des années 1960, la portée politique, sociale, environnementale ou identitaire de l’art contemporain est grandissante. De plus en plus d’artistes ont la volonté d’affirmer leurs convictions, de casser les codes. Les messages que portent les créations artistiques peuvent viser le gouvernement, le marché de l’art, la société de consommation ou les injustices. L’avènement de pratiques dites in situ comme le street art par exemple, replace l’œuvre dans l’espace public et interroge sur la politique de l’œuvre. La question de l’engagement renvoie aux techniques utilisées, à la nature des lieux de production et d’exposition et à l’impact sur le public. Certains artistes ont choisi de défendre une cause, comme l’atteinte à la biodiversité, ou de prendre position contre un régime politique. Les visuels sont forts, ils cherchent à choquer et ne laissent pas indifférent.