Liu Bolin


Biographie

Né dans la province du Shandong en Chine en 1973, Liu Bolin est un photographe chinois. Il est diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Beijing (Pékin) en 2001. Il connaît rapidement une célébrité internationale grâce à sa série Hiding in the City (Se cacher dans la ville – 2005) dans laquelle il se fait photographier dans des performances le présentant en « Homme Invisible ». Issu de la génération qui succède à la Révolution Culturelle, élevé dans le boom économique et la stabilité politique chinoise récente, Liu Bolin fait partie d’une génération particulièrement sensible à l’énorme mouvement de transformation sociale et économique du pays, à la mutation forcenée de ses paysages et à l’impuissance de l’individu par rapport à ces événements dont l’échelle le dépasse. La destruction en novembre 2005 (Jeux Olympiques) par le gouvernement chinois du village artistique de Suo Jia Cun  où il avait son atelier, au moment où il crée sa série Hiding à New York, fait penser que Liu a pu décider d’utiliser son art comme un moyen de protestation silencieuse. Son but est d’attirer l’attention sur le manque de protection des artistes chinois de la part du gouvernement.

Dans la Collection Meeschaert

Cette année, la technique de Liu Bolin a évolué. Après avoir été seul dans ses photographies, il a posé avec sa femme pour la maison Guerlain en février 2015. Dans sa dernière série, il a fait appel à des personnes travaillant dans la finance, camouflées dans des billets de 100 dollars.

411---Liu-Bolin---100-USD--

Liu Bolin, 100 USD, 2014, Photographie, 100 x 300 cm

Style

L’analyse des images de Liu Bolin permet de mieux cerner le propos du photographe et son positionnement par rapport aux puissances politiques. Liu Bolin se place devant un fond puissant, lisible d’un seul coup d’œil. Il se glisse dans le décor et engendre chez le spectateur la stupeur d’une lente découverte. Au final le spectateur doit admettre qu’il a été floué, salue la façon dont il a été joué, retrouve avec plaisir d’image en image le mécanisme connu et rassurant et applaudit la virtuosité renouvelée de l’artiste. Photographie après photographie, l’homme invisible parasite les lieux symboliques de la série : il montre une obstination à être toujours là, identique à lui-même, toujours silencieux et fermé, indifférent semble-t-il à la pression exercée par la force du contexte.

Thématique : L’engagement au cœur de la démarche artistique

Depuis la fin des années 1960, la portée politique, sociale, environnementale ou identitaire de l’art contemporain est grandissante. De plus en plus d’artistes ont la volonté d’affirmer leurs convictions, de casser les codes. Les messages que portent les créations artistiques peuvent viser le gouvernement, le marché de l’art, la société de consommation ou les injustices. L’avènement de pratiques dites in situ comme le street art par exemple, replace l’œuvre dans l’espace public et interroge sur la politique de l’œuvre. La question de l’engagement renvoie aux techniques utilisées, à la nature des lieux de production et d’exposition et à l’impact sur le public. Certains artistes ont choisi de défendre une cause, comme l’atteinte à la biodiversité, ou de prendre position contre un régime politique. Les visuels sont forts, ils cherchent à choquer et ne laissent pas indifférent.