James Nares


Biographie

Né en 1953 à Londres, James Nares vit et travaille aujourd’hui à New York depuis 1974. Peintre, photographe et réalisateur de films, il est également musicien. Son travail a été exposé dans de nombreux musées des Etats-Unis comme le Musée d’Art Moderne de New York, la galerie Albright-Knox de Buffalo et le Whitney Museum of American Art de New York.

James Nares

James Nares, Untitled, Blue, 2005, Huile sur papier, 127 x 96,5 cm

Style

James Nares développe une peinture gestuelle, il tente d’atteindre, à travers la peinture sur toile, le bon équilibre entre intention et improvisation. Il laisse une place au hasard dans son travail, mais un hasard contrôlé. Sa méthode consiste en coups de brosse répétés afin d’obtenir un travail bien identifiable. Le critique d’art du New York Times, Glueck décrit ses œuvres comme une combinaison entre la calligraphie japonaise et les bandes dessinées de Roy Lichtenstein.

Thématique : L’abstraction pour sujet

Les premières œuvres d’art abstrait apparaissent au début du XXème siècle et révolutionnent l’histoire de la peinture. Des artistes montrent des formes qui ne représentent pas le monde extérieur. L’abstraction s’oppose à la figuration car elle rompt le lien entre l’œuvre et la réalité. Le triomphe de la couleur, de la forme et l’absence de référent figuratif sont les signes de cette nouvelle liberté dans l’art. Le but est de faire ressentir aux visiteurs l’intensité des œuvres par l’émotion. C’est une attention nouvelle aux matières et à la pénétration de la lumière, cela questionne l’impact des couleurs sur notre univers. Les peintres abstraits sont émus par la simplicité des formes, ils ne sont pas intéressés par la représentation exacte de la nature, ils privilégient le geste et l’espace. La peinture libérée de tout sujet invite à l’imagination et à faire le vide dans un monde saturé d’images. Beaucoup d’historiens s’accordent à dire que l’abstraction est née du travail de deux artistes russes (Kandinsky et Malevitch) et d’un artiste néerlandais (Mondrian). Les peintres expérimentent de nouvelles images et formes, en quête d’un monde intérieur. C’est après l’invention de la photographie en 1839 que certains artistes ont remis en question le besoin de reproduire la réalité puisque la photographie le fait très bien. La couleur et la forme / Le geste et la ligne / La géométrie / L’illusion de la perception / L’émotion et la méditation.