Hiroshi Sugimoto


Biographie

Né en 1948 à Tokyo, Hiroshi Sugimoto est un photographe japonais. Il vit aujourd’hui entre New York et Tokyo. Diplômé de l’Université Saint Paul à Tokyo et du Centre d’art et de design de Los Angeles, il arrive à New York en 1974. Réputé pour sa technique et son format singulier, son travail est exposé dans le monde entier. En 2001 il obtient le Prix International de la Fondation Hasselblad, et en 2012 il collabore avec la maison Hermès. Hiroshi Sugimoto est un artiste majeur de la photographie moderne, il est réputé pour son procédé de capture de l’image à très longue exposition.

Dans la Collection Meeschaert

Les compositions de ciel et mer de Sugimoto sont des paysages vides. La nature est grandiose, silencieuse et éternelle et l’être humain ressent sa petitesse. Devant cet horizon, les sensations humaines deviennent insignifiantes et éphémères. La photographie contemporaine de l’artiste japonais est ancrée dans la tradition des peintres chinois qui construisaient leurs paysages sur le vide et s’interrogeaient sur la place de l’homme dans le cosmos. L’homme est invité devant de telles œuvres à faire le vide.

380---SUGIMOTO-Hiroshi---Yellow-Sea,-Cheju

Hiroshi Sugimoto, Yellow Sea, Cheju, 1992, Photographie Tirage argentique, 47 x 57,8 cm

Style

Hiroshi Sugimoto explore le temps, la nature, la conscience. Il réalise des séries de photographies Dioramas, Theaters, ou les Seascapes. Il capture dans cette dernière des paysages marins, ne retenant que leur essence : le ciel et la mer. Ces photographies sont très minimalistes. « Quand j’ai commencé mes paysages marins (Seascapes en 1980), j’avais l’idée de montrer ce que le premier homme ou la première femme voient en découvrant la Terre. » « Chaque fois que je vois la mer, je ressens un sentiment de sécurité et d’apaisement, comme si je visitais la maison de mes ancêtres, explique Sugimoto. Longtemps, j’ai aimé grimper sur des falaises et observer l’horizon, là où la mer rencontre le ciel. Un jour, alors que je me trouvais seul au sommet d’une île isolée dans des mers lointaines, l’horizon englobait tout mon champ de vision et j’ai eu un court instant l’impression de flotter au-dessus d’un vide incommensurable. C’est à ce moment-là seulement, lorsque j’ai vu l’horizon m’encercler, que j’ai véritablement ressenti que la terre était un globe saturé d’eau. Dans mes rêves d’enfant, je flottais souvent dans les airs. Parfois, je quittais mon corps pour l’observer pendant mon sommeil, depuis un point en hauteur près du plafond. Comme une projection astrale, peut-être, un moi éveillé coexistait simultanément avec un moi endormi. Même adulte, je m’imagine souvent lévitant dans les airs. Faut-il voir là la source de mon inspiration artistique ? »

Thématique : Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.