herman de vries


Biographie

Né en 1931 aux Pays-Bas, herman de vries vit et travaille en Allemagne. Toujours étroitement lié à la nature : il a travaillé dans un laboratoire de biologie, a beaucoup voyagé et réfléchi sur l’évolution du paysage. Il travaille avec et dans la nature, ce qui conduit à des croisements avec les sciences de la vie et de la terre et une sensibilisation à l’environnement. Artiste contemplatif et empreint de philosophie orientale, il nous invite à porter un regard différent sur la richesse du patrimoine naturel.

Dans la Collection Meeschaert

in memory of the scottish forest est un livre rassemblant les noms de 178 forêts disparues mais figurant toujours sur les cartes géographiques. herman de vries retrace l’origine topographique des forêts écossaises que l’artiste a pu découvrir. Il illustre la réalité primaire de la nature, base de toute notre vie humaine.

305---herman-de-vries---in-memory-of-the-scottish-forests

herman de vries, in memory of the scottish forest, 1998, Charbon de bois sur papier, 105 x 122 cm

Style

Depuis l’apparition du Land Art dans les années 1960, le rapport que l’artiste entretient avec la nature a changé : il s’agit d’agir avec elle. Pour autant, l’artiste n’a rien en commun avec le Land Art : « je déteste l’art dans la nature ». herman de vries présente des extraits de nature, tels des tableaux herbiers pour nous révéler sa beauté. Pour lui, la nature c’est la vie et la vie c’est l’art.

Thématique : L’engagement au cœur de la démarche artistique

Depuis la fin des années 1960, la portée politique, sociale, environnementale ou identitaire de l’art contemporain est grandissante. De plus en plus d’artistes ont la volonté d’affirmer leurs convictions, de casser les codes. Les messages que portent les créations artistiques peuvent viser le gouvernement, le marché de l’art, la société de consommation ou les injustices. L’avènement de pratiques dites in situ comme le street art par exemple, replace l’œuvre dans l’espace public et interroge sur la politique de l’œuvre. La question de l’engagement renvoie aux techniques utilisées, à la nature des lieux de production et d’exposition et à l’impact sur le public. Certains artistes ont choisi de défendre une cause, comme l’atteinte à la biodiversité, ou de prendre position contre un régime politique. Les visuels sont forts, ils cherchent à choquer et ne laissent pas indifférent.