Gautier Deblonde


Biographie

Né à Rouen, il s’est installé à Londres comme photographe en 1991. Une série de ses portraits d’artistes a été publiée par la Tate Gallery en 1999.

Dans la Collection Meeschaert

L’atelier d’artiste intrigue et fascine. Ce n’est pas seulement un espace, ce n’est pas seulement une pièce, quelque chose s’y passe. La création a lieu. C’est l’endroit où l’artiste est vraiment lui-même. C’est là où la magie opère. A travers le regard de Gautier Deblonde, on peut pénétrer dans cet espace. C’est en tant que photographe que depuis plus de dix ans il travaille à ce projet en observateur privilégié. En Europe, aux Etats-Unis ou en Chine, les artistes lui ouvrent leurs portes. En toute confiance et rien n’est imposé. Tous ces travaux peuvent être considérés aujourd’hui comme des portraits des artistes, révélant leur espace, leur intimité, leur personnalité. C’est volontairement qu’il a choisi de montrer les ateliers sans leurs occupants. L’absence permet de s’attarder sur les détails qui révèlent leurs travaux. Décor minimal chez Ellsworth Kelly ou Gerhard Richter, capharnaüm d’objets chez Jeff Koons ou Sophie Calle. Hormis le fauteuil roulant de Chuck Close, peu d’indices ne trahissent leurs identités.   Cette série fait partie du projet de livre Atelier de Gautier Deblonde publié aux Editions Steidl.

355---DEBLONDE-Gautier---Atelier-d'artiste-de-Gerhard-Richter

Gautier Deblonde, Atelier d’artiste – Gerhard Richter, Photographie, Tirage pigmentaire sur papier canson, 100 x 40 cm

Thématique : Le quotidien dans l’art

Le quotidien est la vie qui revient de manière répétitive et prévisible. Il est une source d’inspiration pour les artistes, qui documentent le réel à travers une idée, un lieu, une histoire. Des orientations singulières sont prises pour raconter ce qu’ils ont vu ou vécu. Inscrites dans la modernité, les œuvres sont symboles de la société, elles sont des images de référence. Le quotidien est devenu une banque d’images dans laquelle puiser, il s’agit d’explorer la réalité pour la rendre extraordinaire. L’art s’installe dans notre quotidien, en tous lieux, dans l’espace public, et envahit le réel. Le street art par exemple sublime le quotidien et détourne le paysage urbain. La photographie quant à elle, permet d’intégrer le quotidien dans l’art en capturant l’architecture, le paysage, les gens. Le monde familier se trouve ainsi sublimé. « L’œil de l’artiste permet de découvrir sous un jour nouveau le quotidien […], qui se trouve réinventé à travers les propositions créatives. » Global Corporate Collections. Des natures mortes de Cézanne, aux accumulations d’Arman, l’art depuis longtemps déjà est indissociable de la vie ordinaire.