Garry Fabian Miller


Biographie

Né en 1957 à Bristol, Garry Fabian Miller est un artiste anglais fils de photographe. Il vit et travaille dans le sud de l’Angleterre, à la campagne. Sa formation est atypique et diversifiée, il a travaillé comme dessinateur pour Disney, il a réalisé des travaux pour des magazines et a écrit des articles sur l’art par ordinateur. Il a été exposé en Europe, aux Etats-Unis, au Japon, et ses œuvres sont entrées dans des collections muséales prestigieuses : le Metropolitan Museum de New York, le Victoria and Albert Museum de Londres…

Dans la Collection Meeschaert

Ses œuvres sont réalisées sans appareil photo, il a d’ailleurs reçu une reconnaissance internationale dans les années 80. Il recueille directement sur le papier sensible les rayons lumineux filtrés par des plaques de verre ou des liquides. Cette méthode rudimentaire rappelle les prémisses de la photographie, lorsque les effets de la lumière sur papier photosensible semblaient magiques. Les œuvres de Garry Fabian Miller suggèrent l’expérience primitive de la couleur. Le critique d’art Holly Williams parle « d’images lumineuses et tranquilles ».

Garry Fabian Miller - Cobalt 1

Garry Fabian Miller, Cobalt 1, 2011, Photographie, C-print,61 x 48,5 cm

Style

Le spectateur se trouve immédiatement en terrain connu devant le travail de Garry Fabian Miller : on reconnait Dan Flavin ou François Morellet avec ses néons, Mark Rothko ou Winston Snow avec ses monochromes juxtaposés… Garry Fabian Miller travaille la photographie sans appareil, en chambre noire. Il réalise des paysages représentant l’horizon, entre ciel et terre. Ses images sont très puissantes, elles dégagent une grande intensité. Totalement abstraites et géométriques, ses contours semblent flotter. Vivant dans la campagne britannique, ses photographies sont inspirées de la nature.

Thématique : L’abstraction pour sujet

Les premières œuvres d’art abstrait apparaissent au début du XXème siècle et révolutionnent l’histoire de la peinture. Des artistes montrent des formes qui ne représentent pas le monde extérieur. L’abstraction s’oppose à la figuration car elle rompt le lien entre l’œuvre et la réalité. Le triomphe de la couleur, de la forme et l’absence de référent figuratif sont les signes de cette nouvelle liberté dans l’art. Le but est de faire ressentir aux visiteurs l’intensité des œuvres par l’émotion. C’est une attention nouvelle aux matières et à la pénétration de la lumière, cela questionne l’impact des couleurs sur notre univers. Les peintres abstraits sont émus par la simplicité des formes, ils ne sont pas intéressés par la représentation exacte de la nature, ils privilégient le geste et l’espace. La peinture libérée de tout sujet invite à l’imagination et à faire le vide dans un monde saturé d’images. Beaucoup d’historiens s’accordent à dire que l’abstraction est née du travail de deux artistes russes (Kandinsky et Malevitch) et d’un artiste néerlandais (Mondrian). Les peintres expérimentent de nouvelles images et formes, en quête d’un monde intérieur. C’est après l’invention de la photographie en 1839 que certains artistes ont remis en question le besoin de reproduire la réalité puisque la photographie le fait très bien. La couleur et la forme / Le geste et la ligne / La géométrie / L’illusion de la perception / L’émotion et la méditation.