Eric Freeman


Biographie

Né en 1970 à Brooklyn, Eric Freeman vit et travaille à New York. Il a obtenu son Diplôme des Beaux-Arts en 1993. Il est représenté par la Galerie Tripoli à New York. Ses œuvres font partie des collections permanentes de la Saatchi Gallery et du musée d’art contemporain d’Helsinki.

Dans la Collection Meeschaert

Eric Freeman crée une aura d’électricité dans Untitled par un tremblement visuel. Cette huile sur toile éclatante rappelle par sa lueur aussi bien un coucher de soleil qu’un écran numérique. En prenant du recul, on voit des bandes de couleur floue, en se rapprochant on voit leur construction, et on sent la main et l’émotion de l’artiste. Ses toiles jouent sur les perspectives chromatiques et les formes géométriques. Il explique qu’elles sont « des sortes d’évocation d’écran plasma, et créent une électrisation tant spirituelle que cinétique ».

412 - Eric Freeman - Untitled (yellow)

Eric Freeman, Untitled, 2013, Peinture, Huile sur toile, 30,5 x 30,5 cm

Style

Ses compositions minimales et énergiques défient l’espace. C’est l’éclat de la couleur qui crée le contenu. Rendant hommage à Mark Rothko, il reconçoit la peinture dépourvue de narration et de référence, en privilégiant les qualités de la couleur, pure et intense. Les peintures sont éphémères. Bien que les œuvres soient fixées sur la toile, que la peinture ait séchée, elle est en constance évolution. Le tableau réagit à la lumière environnante et entraîne des effets d’optique. A une époque où les artistes explorent de nouveaux médium (vidéo, installation, performance…) Eric Freeman trouve son mode d’expression à travers la toile traditionnelle. Le peintre David Salle se demande « D’où vient l’énergie dans ces toiles ? »

Thématique : L’abstraction pour sujet

Les premières œuvres d’art abstrait apparaissent au début du XXème siècle et révolutionnent l’histoire de la peinture. Des artistes montrent des formes qui ne représentent pas le monde extérieur. L’abstraction s’oppose à la figuration car elle rompt le lien entre l’œuvre et la réalité. Le triomphe de la couleur, de la forme et l’absence de référent figuratif sont les signes de cette nouvelle liberté dans l’art. Le but est de faire ressentir aux visiteurs l’intensité des œuvres par l’émotion. C’est une attention nouvelle aux matières et à la pénétration de la lumière, cela questionne l’impact des couleurs sur notre univers. Les peintres abstraits sont émus par la simplicité des formes, ils ne sont pas intéressés par la représentation exacte de la nature, ils privilégient le geste et l’espace. La peinture libérée de tout sujet invite à l’imagination et à faire le vide dans un monde saturé d’images. Beaucoup d’historiens s’accordent à dire que l’abstraction est née du travail de deux artistes russes (Kandinsky et Malevitch) et d’un artiste néerlandais (Mondrian). Les peintres expérimentent de nouvelles images et formes, en quête d’un monde intérieur. C’est après l’invention de la photographie en 1839 que certains artistes ont remis en question le besoin de reproduire la réalité puisque la photographie le fait très bien. La couleur et la forme / Le geste et la ligne / La géométrie / L’illusion de la perception / L’émotion et la méditation.